Formation des leaders de la société civile

La société civile africaine est appelée à jouer un rôle toujours plus important dans le développement du continent. Elle est de plus en plus interpellée pour donner son avis et engagée dans des programmes de développement importants.

Mais il faut bien reconnaître les limites des compétences de la plupart de ses organisations membres.

De nombreuses initiatives existent qui consistent à améliorer la formation de ses cadres. Cependant, il reste énormément de travail à accomplir pour que ces organisations soient des acteurs crédibles professionnellement face aux gouvernements, aux unions régionales et aux agences internationales de développement.

Il convient donc d’agir et de préparer ces organisations de la société civile à accomplir leurs activités non seulement dans l’amélioration de la participation populaire au développement, mais aussi dans l’élaboration, le monitoring, le lobbying et l’évaluation de programmes novateurs grâce auxquels elles seront capables d’influencer le développement de l’Afrique.

L’exemple de la proposition par la BAD d’engager la société civile dans son Plan de développement rural « Nourrir l’Afrique » est typique est louable. Ce programme a été construit par les experts pour développer l’agriculture du continent et nourrir ses peuples.
La BAD a donc convoqué les leaders de la société civile africaine et les a réunis par centaines dans des séminaires pour utiliser et appliquer ses idées dans le développement rural de l’Afrique selon ses propres méthodes et ses concepts.

Certes, il est du ressort des États et des organismes financiers de réfléchir et de proposer des solutions, mais le développement agricole de l’Afrique se fera avec les paysans et ses organisations ou ne se fera pas.

Nous demandons donc une place dans la conception des programmes à réaliser, dans leur gestion et dans la planification des actions à accomplir pour que les changements et les fonds investis soient dirigés vers la réponse aux besoins des populations africaines.

Dès lors, notre revendication de participation à l’élaboration des contenus des programmes et des décisions à prendre, si elle est acceptée (et il n’y a pas lieu de penser autrement), exige de notre part que nous ayons des experts et des organisations capables de répondre aux exigences professionnelles nécessaires.

Par ailleurs, nos organisations membres de la société civile doivent aussi résoudre progressivement deux problèmes importants : celui de leur autonomie financière et politique progressive et celle de se doter, comme décrit ci-avant, des compétences professionnelles nécessaires pour accomplir les tâches que leurs revendications exigent.

Dès lors, un programme de formation s’impose et l’Institut Panafricain pour le développement et ses six Instituts régionaux entendent participer, avec d’autres organisations, à l’effort qui doit être fait pour que la société civile soit crédible dans les négociations concernant le développement.

Programme de formation des leaders de la société civile en Afrique